Lectures du soir 40

three red rose flowers on white open book

Bonjour, on se retrouve pour le bilan lecture du mois de mai. Comme vous le voyez, un mois très lecture comme les précédents. Il y a des coups de coeur, de très belles lectures et deux livres très moyens. Mais les pépites, c’était des lectures géniales !! Pour juin, cela sera un bilan uniquement roman Young Adult pour le challenge d’Ema de la chaine La Bouquinade.

La Vraie Vie - Adeline Dieudonné - Babelio

La vraie vie Adeline Dieudonné

Résumé: C’est un pavillon qui ressemble à tous ceux du lotissement. Ou presque. Chez eux, il y a quatre chambres. La sienne, celle de son petit frère Gilles, celle des parents, et celle des cadavres. Le père est chasseur de gros gibier. La mère est transparente, amibe craintive, soumise aux humeurs de son mari. Le samedi se passe à jouer dans les carcasses de voitures de la décharge. Jusqu’au jour où un violent accident vient faire bégayer le présent.

Mon avis: J’ai dévoré ce livre en une journée. Je n’ai pas pu le lâcher. Je devais savoir la suite, je l’ai lu d’une traite. Une plume accessible, un style très fluide qui raconte une histoire glaçante. Il s’agit quasiment d’un huit clos qui m’a pris aux tripes. L’ambiance malaisante s’installe petit à petit. j’avais l’impression de faire partie du tableau. Je retenais presque ma respiration à la fin. J’ai adoré l’histoire, les thèmes qu’elle dénonce. Si vous ne supportez pas les les violences psychologiques, ne le lisez pas.

« Les histoires, elles servent à mettre dedans tout ce qui nous fait peur, comme ça on est sûr que ça n’arrive pas dans la vraie vie. »

*****

Afficher l’image source

Outlander tome 7 partie 2 Diana Gabaldon

Attention: passez à la lecture suivante si vous n’avez pas lu les livres précédents

Résumé: Tandis que la guerre d’Indépendance bat son plein dans les colonies sécessionnistes américaines, Jamie Fraser et Claire, sa femme infirmière, décident de rentrer en Ecosse afin de récupérer leur presse d?imprimerie. En effet, plutôt que de s’engager dans l’armée de George Washington, le couple souhaite se battre aux côtés des rebelles à coups de pamphlets. Après moult péripéties, ils parviennent enfin à retourner au pays. Mais, retenu par des problèmes familiaux, Jamie doit à regret laisser Claire repartir dans les colonies, où ses patients ont besoin d?elle. Séparés par les circonstances, Jamie et Claire réussiront-ils à se retrouver dans un pays où la guerre fait rage ? Pendant ce temps-là, au XXe siècle, leur fille Brianna et son mari Roger ont racheté et retapé le manoir de Lallybroch, propriété des Fraser. Ils suivent les aventures de Claire et de Jamie grâce aux lettres que ces derniers leur ont laissées dans un coffre…

Mon avis: Cela devient compliqué de lire la suite. Cette saga je l’adore pourtant, les premiers tomes sont géniaux. Mais là, j’ai l’impression que l’histoire s’essouffle. Il ne se passe rien pendant la 1ère moitié du roman. L’autrice raconte les petits tracas de Jamie et Claire, de ses proches mais rien n’a grand intérêt. Puis d’un seul coup, tout se bouscule et la 2ème partie part dans un bon rythme. Il y a des choses révélées, il était temps même. J’aime bien le point de vue Roger et Brianna. Je ne suis pas déçue de la fin. Mais il y a un problème de temporalité, comme si l’autrice voulait aller plus vite dans ces derniers temps. Je m’explique: dans les premiers tomes, une traversée maritime aurait pris un tome entier alors que dans celui là, cela se passe en quelques chapitres. Je ne vais pas arrêter de les lire mais j’espère qu’elle ne fera pas durer cette saga encore des années.

« Je ressens un peu ce que tu as ressenti quand tu as traversé les pierres. Comme si le monde était toujours là, mais que ce n’était plus le monde que tu avais connu. »

*****

Afficher l’image source

Fashion Victime Juno Dawson

Résumé: Dans un parc d’attractions, Jana, seize ans, se fait repérer par un agent de mannequins. Après hésitation, la jeune fille accepte et signe un contrat. Elle défile bientôt pour les plus grands noms de la mode et évolue dans un milieu glamour mais cruel. Afin de gérer la pression, l’adolescente prend des tranquillisants et des somnifères. C’est le début d’un cauchemar qui poussera Jana à révéler au monde entier combien l’univers de la beauté peut être laid…

Mon avis: 2ème pépite de ce bilan lectures. Une vraie claque ce livre. Pareil, je l’ai lu en 2 jours, jusqu’à tard le soir pour absolument le finir. Un très bon livre jeunesse qui dénonce les dérives du milieu de la mode à travers son héroïne qui va faire un plongeon en enfer. Je me suis attachée à Jana, j’avais l’impression de vivre ses aventures. L’autrice distille les problèmes de ce milieu sans en faire des tonnes, notamment le thème de l’aimentation qu est suggéré mais le roman ne s’axe pas sur ça. C’est un poids que j’apprécie, le texte est original. Tout m’a plu dans cette lecture, jusqu’à la fin que je ne voyais pas venir. Un vrai coup de coeur.

« Je comprends, maintenant. Ce n’était pas une histoire à la Cendrillon. Ça n’a jamais été le cas. C’était Le Petit Chaperon rouge. Ou plutôt, des TAS de petits chaperons rouges, et des tas de grands méchants loups. »

*****

Afficher l’image source

Fangirl Rainbow Rowell

Résumé: Cath et Wren sont des jumelles inséparables. Fans de Simon Show, elles passent leur temps sur les forums consacrés à l’auteur. Mais la passion de Cath a tellement pris le pas sur sa vie que Wren lui annonce l’impensable : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. L’une est prête à renoncer à ses rêves pour profiter dignement des joies de la vie estudiantine. L’autre est soudain projetée dans un univers hostile dans lequel tout le monde – ses profs, sa famille et sa colocataire – méprise la fan-fiction. C’est alors qu’elle tombe sous le charme d’un obsédé de la littérature…

Mon avis: Sur les conseils d’Audrey du Souffle des mots, je me suis lancée dans ce roman jeunesse. Oui, j’avais besoin de lire des romans jeunesse ce mois-ci. Fangirl m’a beaucoup appris, notamment sur la fanfiction qui est un sujet que je connaissais seulement de nom. L’autrice aborde d’ailleurs cela de manière inédite: elle mêle une fanfiction à son histoire. Perso, j’ai sauté les pages parce que je ne suis vraiment pas dans ce délire là. J’ai mon avis sur la fanfiction mais cela m’a plu de m’ouvrir à d’autres points de vue différent du mien. Le rythme est assez lent, on suit Cath dans une année scolaire de fac. C’est un livre un peu doudou, qui se tranquillement quand la journée n’a pas été bonne. Je suis mitigée sur la fin, je m’attendais à un peu plus. Le prochain livre de cette autrice sera Eleanor & Park . 🙂

« Avoir une sœur jumelle, c’était l’assurance d’avoir en permanence sa sentinelle personnelle, son propre garde du corps. D’avoir comme un meilleur ami greffé dans les gênes. »

*****

Les étincelles, de Julien Sandrel

Les étincelles Julien Sandrel

Résumé: La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère.
Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère. Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ? Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?

Mon avis: Pour ce 3e livre de l’auteur, je n’ai pas été séduite. L’écriture est toujours aussi agréable et Phoenix est une jeune femme très attachante, son frère également. Mais je n’ai pas été émue comme les précédents. Le thème ne m’a pas intéressé plus que cela. Et j’ai vu des passages dans le livre arriver à des kilomètres. J’ai bien aimé la fin par contre. Une lecture sympa mais loin de La chambre des merveilles qui m’avait bouleversé. La magie n’a pas opéré.

« C’est trop douloureux de penser à lui désormais. Alors j’évite, le plus possible. Je prétends avoir oublié. Je dissimule. J’enfouis celle que j’étais, celle que je désirais être, sous des couches d’autres versions possibles de moi-même.
Au fond, depuis que le piano et mon père m’ont abandonnée, je ne sais plus qui je suis vraiment. »

*****

Amazon.fr - Anne de Green Gables - Nouvelle traduction d'Anne...la maison  aux pignons verts - Blow, Paul, Montgomery, Lucy Maud, Charrier, Hélène -  Livres

Anne de Green Gables Lucy Maud Montgomery

Résumé: Orpheline à l’esprit vif, à l’imagination sans bornes et qui adore employer de « grands mots », Anne se retrouve par erreur chez Marilla et Matthew Cuthbert qui attendaient un garçon pour les aider à la ferme. Féministe involontaire, romantique impénitente, elle est impulsive, dramatique, maline, drôle, et telle une authentique naïve, elle va bousculer le calme et la monotonie de la vie à Green Gables. C’est l’histoire d’une petite fille qui parvient à se faire aimer de tous (Josie Pye exceptée), et de nous les premiers.

Mon avis: Je l’avoue, je l’ai acheté pour sa couverture splendide reliée. Je suis tombée amoureuse du livre objet avant de vraiment m’enticher de l’histoire. Je ne m’attendais pas à retourner en enfance. Anne me fait penser à mon héroïne d’antan Sophie dans Les malheurs de Sophie. Elle est pétillante, bourrée d’imagination et n’a pas son pareil pour faire des bêtises. C’était une belle lecture, avec des chapitres courts très pratiques pour faire une pause dans le livre. Anne, Marilla, Matthew, Diana, je me suis attachée à chaque personnage de ce livre. Il est à mettre entre toutes les mains dès le collège. J’ai hâte de suivre de nouveau les aventures d’Anne.

« C’est formidable, non, de penser à tout ce qui reste à découvrir ? Ça me rend si heureuse d’être en vie – le monde est tellement intéressant ! Et il ne le serait pas autant si on savait déjà tout sur tout, non ? Il n’y aurait plus de place pour l’imagination, pas vrai ? »

*****

Comment tout a commencé - Pete Fromm - Éditions Gallmeister

Comment tout a commencé Pete Fromm

Résumé: Dans une petite ville du Texas perdue au milieu du désert, Austin, 15 ans, et sa grande sœur Abilene défient l’ennui et la monotonie du paysage en s’entraînant avec acharnement au base-ball. Abilene n’a pas pu être joueuse professionnelle, c’est donc à Austin de devenir le meilleur lanceur de tous les temps, et la jeune fille entraîne son frère jusqu’à l’épuisement. Emporté par l’irrésistible exubérance de sa sœur, aveuglé par son admiration, Austin refuse de voir que quelque chose ne tourne pas rond. Pourtant, les sautes d’humeur, les lubies et les disparitions inexpliquées d’Abilene détériorent de plus en plus l’ambiance familiale et commencent à compromettre l’avenir de son frère. Même l’inébranlable complicité qui les unit envers et contre tout – leurs parents, leur vie solitaire, la médiocrité de leur entourage – semble se fissurer insidieusement.

Mon avis: J’aime sortir de ma PAL un livre de Pete Fromm. Il y a un bon moment chez moi pour lire ses œuvres. Je ne saurais pas comment vous l’expliquez. Ce n’est pas le genre d’auteur dont on dévore les bouquins à la suite. Après la petite déception d’Une vie en chantier, j’avais besoin de me réconcilier avec lui. C’est chose faite avec ce livre. On aborde avec justesse une maladie mentale dont ne parle pas beaucoup à mon goût. Ce que j’ai aimé dans ce roman, c’est qu’on suit le point de vue du petit frère d’Abilene et voir les conséquences de cette maladie sur toute la famille. L’amour d’un frère envers sa sœur. C’est extrêmement touchant. Par moments, il y a quelques passages un peu longs qui n’étaient pas essentiels. Mais à part cela, j’ai vraiment apprécié ce livre.

« Tu te crois invincible, tu crois que tu es l’être le plus formidable du monde, et une seconde après tu ne sais même plus ce que tu fais. »

*****

Eleanor & Park - Rainbow Rowell - Babelio

Eleanor & Park Rainbow Rowell

Résumé: 1986 . Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s’installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l’ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths… Et qu’importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là…

Mon avis: Ce coup de coeur, je ne l’ai pas vu venir. Je l’ai lu parce qu’il avait des bonnes critiques sur Booktube. J’ai été happée dès les premières pages. Quand je fermais le livre, l’envie de démanger de l’ouvrir à nouveau. Je l’ai dévoré en deux jours. Cet engouement est semblable à celui que j’avais ressenti lors de la découverte de Nos étoiles contraires de John Green. Les personnages sont presque vivants dans mon esprit. Les dialogues sont exquis, l’histoire est captivante. Les thèmes abordés sont touchants, j’ai été émue par cette histoire du début à la fin. Mon coeur s’est serré lorsque j’ai lu la dernière ligne de cette pépite.

« Eleanor avait raison : elle n’était jamais jolie. Elle ressemblait à une oeuvre d’art. L’art n’avait rien à voir avec le beau, il existait pour faire ressentir les choses. »

*****

Fleurs Sauvages, Kimberley Freeman - Critique et résumé

Fleurs sauvages Kimberley Freeman

Résumé: Glasgow, 1929. Beattie Blaxland avait des rêves de mode et d’étoffes. Ce dont elle n’avait jamais rêvé, c’était de tomber enceinte de son amant, un homme marié. Londres, 2009, Emma Blaxland vivait son rêve de danseuse étoile jusqu’au jour où elle a tout perdu. Des décennies les séparent mais les deux femmes doivent trouver la force de reconstruire leur vie.

Mon avis: J’ai bien aimé ce roman que j’ai ENFIN sorti de ma PAL. Presque un an dans ma bibliothèque, il était temps ! J’ai beaucoup aimé la double temporalité même si honnêtement, je préfères la partie en 1929. L’autre partie est moins rythmée, il ne se passe pas beaucoup de choses. Alors que Beattie, j’ai vécu les montagnes émotionnelles. La fin est prévisible. Cela n’enlève rien au livre. j’ai bien aimé mais ce n’est pas un livre inoubliable.

« Elle se trouvait là, sur le point de mettre un enfant au monde, alors qu’ elle avait toujours l’impression d’en être un elle même. »

*****

Piège nuptial - Douglas Kennedy - 9782266192828 - Espace Culturel E.Leclerc

Piège nuptial Douglas Kennedy

Résumé: Quelques règles élémentaires de survie dans le bush australien : 1) Ne jamais conduire en pleine nuit sur une route déserte : un kangourou se ferait une joie de défoncer votre pare-chocs. 2) Ne jamais céder aux charmes d’une auto-stoppeuse du cru. 3) Et ne jamais se laisser droguer, enlever et épouser par ladite autochtone. Dans son village, en effet, le divorce n’est pas autorisé. Mais le nombre de veuves y est impressionnant…

Mon avis: Je l’ai depuis très longtemps, je l’ai lu il y a des années. Donc j’avais envie de redécouvrir ce livre que j’avais bien aimé à l’époque. Je me rappelais vaguement de l’histoire et que j’avais trouvé l’histoire drôle. Bon, c’est marrant comme les goûts changent. Il y a des choses qui m’ont vraiment dérangée dans cette lecture. Il est très loufoque, je ne m’en souvenais plus à quel point. Ce côté du livre me plait bien, un petit côté Tarantino version livre. Mais le style d’écriture, le vocabulaire choisi pour la majorité des personnages: cela ne l’a pas fait du tout. Un langage familier, rustique, gras avec couilles etc à toutes les sauces, c’était pas du tout agréable à lire. On peut avoir un personnage comme ça, à la limite mais non pas tout le roman. Je comprends ce choix par rapport au récit mais ça ne passe pas avec moi. La fin est nulle, je suis restée vraiment frustrée et dégoutée surtout que j’adore Douglas Kennedy. Celui là il est parti dans une bite aux livres. Je lui mets 2 étoiles car l’histoire en elle même est assez sympa.

« On s’arrête à une pompe alors qu’on n’a même pas besoin d’essence, on rencontre quelqu’un et la vie déraille. Non, le destin n’est pas cruel. Il est bête à pleurer. »

*****


3 réflexions sur “Lectures du soir 40

  1. J’avais lu tous les Rainbow Rowell quand j’avais besoin de lecture doudou quand j’étais à Budapest, je devrais voir si elle en a sorti d’autres depuis!
    Tu me confirmes l’envie de lire Anne. J’ai visité la maison de l’auteure y a deux ans et c’est sur ma liste depuis 🙂

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s