Lectures du soir 18

Woman reading book at coffee shop

L’été et ses lectures en vacances, sur la plage, sur la serviette, dans le jardin, un thé glacé à la main, près de l’eau au rythme des vagues. De belles lectures, des pépites dont le 1er livre qui me restera en mémoire longtemps après avoir tourné la dernière page 🙂

 

51T0+T4l-kL._SX195_

Changer l’eau des fleurs   Valérie Perrin

 

Résumé: Violette Toussaint est garde-cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.

Mon avis: Ce livre, je l’ai acheté sans lire le résumé. J’ai suivi les conseils du club des mordus de lecture sur FB. Leurs avis étaient tellement positifs, il fallait que je le lise, c’était comme une intuition. Ce livre, c’est un gros coup de cœur 2019. ❤ Une claque que je me suis prise, je l’ai pas vu venir. J’ai encore le cœur serré en repassant à Violette, et à tous les autres. Une écriture authentique, une belle histoire dont on se délecte à chaque page. J’ai repoussé jusqu’au bout le moment de fermer ce roman. Une valse de sentiments, je suis passée du sourire aux larmes, au cœur lourd et à la mine triste. Je le conseille à tous, c’est une belle histoire de vie.

 

« Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis. »

*****

 

ob_7b6563_images-1

De tes nouvelles    Agnès Ledig

 

Résumé: Anna-Nina, pétillante et légère, est une petite fille en forme de trait d’union. Entre Eric, son père, et Valentine, qui les a accueillis quelques mois plus tôt par un soir d’orage et détresse. maintenant qu’Eric et Anna-Nina sont revenus chez Valentine, une famille se construite jour après jour, au rythme des saisons. Un grain de sable pourrait cependant enrayer les rouages de cet avenir harmonieux et longtemps désiré.

Mon avis: Je ressors de cette lecture un peu sur ma faim. Gaël a été un personnage que j’ai beaucoup apprécié dans ce livre, ainsi que Gustave. Le début m’a séduit mais il y a eu des longueurs, des occasions ratées de faire bouger les choses. La chute est fade et sans saveurs. Les personnages secondaires ont été plus intéressants que les principaux dans cette suite. C’est dommage car j’adore cette auteure, elle a une si belle écriture, elle décrit si bien le monde avec ses mots bien à elle. Une prochaine fois peut être…

 

« L’avenir tout tracé prend parfois la tangente…
Et peut faire se croiser deux lignes parallèles qui auraient dû le rester. »

*****

 

ob_3f4855_e3605e8a-130c-11e9-85c5-092064f3c946-1

La goüteuse d’Hitler     Rosella Postirino

 

Résumé: 1943. Reclus dans son quartier général en Prusse orientale, terrorisé à l’idée que l’on attente à sa vie, Hitler a fait recruter des goûteuses. Parmi elles, Rosa. Quand les S.S. lui ordonnent de porter une cuillerée à sa bouche, Rosa s’exécute, la peur au ventre : chaque bouchée est peut-être la dernière. Mais elle doit affronter une autre guerre entre les murs de ce réfectoire : considérée comme « l’étrangère », Rosa, qui vient de Berlin, est en butte à l’hostilité de ses compagnes, dont Elfriede, personnalité aussi charismatique qu’autoritaire. Pourtant, la réalité est la même pour toutes : consentir à leur rôle, c’est à la fois vouloir survivre et accepter l’idée de mourir.

Mon avis: Je me suis lancée dans cette lecture après des avis positifs sur les groupes de lecture sur FB. Je suis déçue par ma lecture. Le rythme est long, pas de péripéties, pas de rebondissements, je m’attendais à lire un livre sur le nazisme, le pouvoir d’Hitler, il y a des allusions mais je m’attendais à plus. Rosa l’héroïne m’agace. La chute est fade, comme le reste du livre.

 

« La capacité d’adaptation est la principale ressource des êtres humains, mais plus je m’adaptais et moins je me sentais humaine. »

*****

 

M02081421690-source

La meilleure façon de marcher est celle du flamant rose   Diane Ducret

 

Résumé: La loi de Murphy n’est rien comparée à la loi d’Enaid : tout ce qui est susceptible de mal tourner tournera plus mal encore qu’on aurait humainement pu le prévoir. Après avoir été quittée à Gdansk par téléphone, Enaid se rend à l’évidence : les fées qui se sont penchées sur son berceau ont dû s’emmêler les pinceaux. Comment expliquer, sinon, la sensation qu’elle a depuis l’enfance qu’il lui a toujours manqué quelqu’un ? Il y a de quoi se poser des questions quand les parents adoptifs sont en fait les grands-parents, que la mère est danseuse de nuit, que le père change de religion comme de famille, que les bunkers de l’ETA servent d’école buissonnière. Et que l’accident d’un instant devient la fracture de toute une vie?

Mon avis: Une histoire inattendue. Je pensais que cela serait une histoire drôle, j’ai trouvé un récit très touchant, écrit avec justesse sur la vie de l’héroïne Enaid. Je me suis délectée de ces pages, émue par son histoire assez triste mais aussi par sa volonté de vivre et de marcher dans la vie malgré tout. Une belle leçon de vie.

 

« Il m’a toujours manqué quelqu’un, au plus profond de moi, jusqu’au jour où j’ai décidé de ne plus attendre personne. »

*****

 

 

 

Lolli

 

 

 

 


2 réflexions sur “Lectures du soir 18

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s